Musique

Karl

Les Lignes Droites. Interprète

Edité par Modulor - paru en C 2022

Pas toujours évident, les groupes montés par une bande de potes : le temps d'apprendre vraiment à jouer, la fougue de la jeunesse peut se tasser, et souvent les trajectoires divergent. On ignore à vrai dire si c'est pour cette raison, au contraire, que ces cinq-là ont choisi de s'appeler Les Lignes Droites. Mais sans doute ont-ils la chance d'avoir monté leur groupe au moment où maîtrise technique, envie d'en découdre et amitié sont au même point de solidité. On parlera là d'un groupe parisien, mais ils viennent aussi bien de Toulouse que de Grenoble ou de Belfort : il faut bien que les capitales servent à quelque chose, de point de rencontre au moins. Seules quelques années séparent les aînés Mathieu Weiler à la guitare et Nicolas Mangione à la batterie (vu au sein des Tigres du Futur) du plus jeune Bruno Ronzani, chanteur et initiateur du quintet. Assez pour faire la richesse des rencontres, trop peu pour creuser des fossés. Des sillons plutôt, avec Gabriel Pornet aux claviers, Bruno Pourtier à la basse. Un EP puis un premier album intitulé Les Humains qui les place sur la carte à la fin de l'année 2016, entre les premiers Nick Cave et les derniers Bashung lira-t-on çà et là. Au fil du temps, le groupe a patiemment construit un univers très reconnaissable, avec toujours le même objectif : faire sonner du rock en français sans tomber dans un style monolithique ni s'interdire les sons synthétiques. Un virage plus rock est d'ailleurs amorcé avec l'EP Heusden Zolder trois ans plus tard, et ce deuxième album en est l'aboutissement. Ou le début. Ligne droite, virage, ligne droite, accélération. Amplis hurlants, accents synthétiques, rythmes dansants et mélodies atmosphériques se côtoient sur ce disque imaginé comme un ovni composite quelque part entre DAF, Girl Band et Wire. Il s'appelle KARL, comme Marx, Popper et Lagerfeld, qui y croisent des nains, des baleines, des singes et des Mickey... Chacun des morceaux est une décharge d'énergie, une voix qui s'imbrique dans la suivante, du début à la fin, comme les pièces d'un puzzle. Cet album emprunte aussi des chemins plus lumineux : explorant beaucoup de pistes différentes, cherchant comme ils continueront de le faire, Les Lignes Droites concrétisent avec KARL l'idée d'alterner entre morceaux violents et variations plus aériennes, tout en gardant une unité, avec des textes plus courts et se voulant plus incisifs. Faire transpirer l'énergie des concerts sur le disque, malgré des processus différents, reste une volonté permanente que KARL aura, vous en jugerez on l'espère, réussi à satisfaire. S'il puise ses sonorités dans différents âges de la musique qu'on aime, pas sûr que cet album aurait pu voir le jour avant ces années étranges que nous vivons. KARL est un instantané : Les Lignes Droites nous rappellent qu'ils dressent ici comme un constat des temps présents.

En édition vinyle

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Pour que la nuit passe | Les Lignes Droites. Interprète
Musique

Pour que la nuit passe

Les Lignes Droites. Interprète - Extension - 2015

Les Humains | Les Lignes Droites
Coup de ♥ des bibliothécaires
Musique

Les Humains

Les Lignes Droites - Extension - 2016

Les Lignes Droites est un groupe aux nappes grondantes et à l'univers électrique. Si les s...

Chargement des enrichissements...

vos avis