Livre

Zulu

Caryl Férey (1967-....). Auteur

Edité par Gallimard - paru en impr. 2008

Le cadavre d'une jeune fille blanche est découvert dans un jardin botanique du Cap. C'est la fille d'un ancien joueur des Springboks, véritable star nationale. Alors que l'enquête piétine, le corps d'une deuxième femme portant des scarifications faisant référence à des sacrifices zoulous est retrouvé. Prix Nouvel Obs et BibliObs du roman noir 2009. Grand prix des lectrices de Elle 2009 (policier).

Collection Série noire

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Plus jamais seul | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre en gros caractères

Plus jamais seul

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Voir de près - 2019

Collection 16

Mc Cash se débrouille tant bien que mal avec son rôle de père. La mort de son ami Marc, un...

Haka | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

Haka

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Éd. Baleine - 1998

Instantanés de polar.

Les mystères de l'oued | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

Les mystères de l'oued

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Hachette livre - 1999

Le Polar du routard.

Plutôt crever | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

Plutôt crever

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Gallimard - 2002

Collection Série noire

Utu | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

Utu

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Gallimard - 2004

Collection Série noire

Après des mois passés en Australie, Paul Osborne est de retour en Nouvelle Zélande. Fitzgerald s’étant suicidé (cf. Haka...

Jour de colère | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

Jour de colère

Caryl Férey (1967-....). Auteur - T. Magnier - 2003

Petite poche

C'est les vacances mais rien ne se passe comme prévu pour Adrien : ses parents se sont dis...

Plutôt crever : une enquête de Mc Cash | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

Plutôt crever : une enquête de Mc Cash

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Gallimard - impr. 2006

Folio. Policier ; Collection Folio ; Une enquête de Mc Cash

La cage aux lionnes | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

La cage aux lionnes

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Syros jeunesse - DL 2006

Souris noire.

Petit éloge de l'excès | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

Petit éloge de l'excès

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Gallimard - impr. 2006

Folio. 2 euros ; Collection Folio

La jambe gauche de Joe Strummer : une enquête inédite de Mc Cash | Caryl Férey (1967-....). Auteur
Livre

La jambe gauche de Joe Strummer : une enquête inéd...

Caryl Férey (1967-....). Auteur - Gallimard - impr. 2007

Folio. Policier ; Collection Folio ; Une enquête de Mc Cash

Chargement des enrichissements...

vos avis

  • Zulu 5/5

    Désolée, mais je vais être longue tant ce roman m’a prise à la gorge et captivée! Au Cap, une jeune femme, blanche, provenant d'une famille aisée, est retrouvée morte, le visage massacré, dans un parc magnifique, au milieu des fleurs, dans le jardin botanique de Kirstenbosch. L'autopsie révèle la présence d'une drogue inconnue. Ali Neuman est le chef de la police criminelle du Cap, mais pas que. C'est un Zoulou (un des deux principales ethnies noires avec les Xhosas), marqué à jamais par la mort de son frère Andy, brûlé vif par les milices noires chargées du maintien de l'ordre dans les Bantoustans, et de son père, pendu par les mêmes criminels pendant l'apartheid, période de dictature politique d'une ethnie sur les autres (dictature politique qui s'est muée en dictature économique depuis la fin de l'apartheid, comme le dit l'auteur) Ali est ses collègues, malmenés par la vie, vont mener une enquête qui va les plonger (sans qu'ils en ressortent indemnes), dans les remugles nauséabonds de la suprématie de l'homme blanc et de l'anticommunisme. Je suis une fois de plus soufflée (la dernière fois, c'était avec Mapuche, je sais, je ne les lis pas dans l'ordre) par la capacité de Caryl Ferey à s'approprier un drame politique et humain, à savoir l'infâme et délirant Project Coast piloté par Wouter Basson, à faire vivre ce drame dans un environnement contemporain (l'Afrique du Sud post-apartheid) tout en nous délivrant un magnifique et très personnel roman noir. Wouter Basson, auquel je ne confierais pas les enfants de mon pire ennemi, surtout s'ils reviennent de vacances et sont un tant soit peu bronzés, a recruté dans les années 80, sur les ordres du Président d'Etat Peter Botha plus de 200 scientifiques à travers le « Project Coast », pour imaginer, créer et tester des armes chimiques permettant d'éliminer les militants anti-apartheid noirs et communistes et empêcher la montée en puissance démographique de la population noire. Par exemple, un poison visant à stériliser les femmes à la peau noire aurait été créé à cette époque. Peter Botha est mort dans son lit, Wouter Basson est toujours cardiologue, tout va bien pour lui merci. Ah si, aux dernières nouvelles, il risque d'être rayé de l'Ordre des Médecins. C'est cette machination à très grande échelle, a priori inimaginable, qui va être la colonne vertébrale du roman. L'Afrique du Sud post-apartheid est le coeur du roman, une photographie prise par Caryl Ferey. Ce qui en frappe en premier, c'est que rien n'aurait changé avec la fin de l'apartheid. A part les droits politiques, l'Afrique du Sud reste un pays profondément divisé et inégalitaire et, comme le dit l'auteur, plusieurs générations seront nécessaires pour que la situation s'arrange, un peu. Ce point est cependant à relativiser sur des points précis comme la lutte contre le Sida comme nous le verrons plus loin. L'Afrique du Sud est d'abord un pays pauvre, relativement (121ème place/187 en 2012 à l'Indice de Développement Humain). C'est un pays très pauvre selon nos critères occidentaux, c'est cependant une des premières puissances d'Afrique avec le Nigeria et l'Egypte. Pour simplifier, les pauvres sont très nombreux et très pauvres (le taux de chômage officiel est de 23% selon le Gouvernement, 40% selon les syndicats), et les riches sont peu nombreux mais très riches, et cette situation n'a pas vraiment évolué depuis la fin de l'apartheid, mis à part un départ assez massif (près d'un million de personnes) de jeunes diplômés blancs à l'étranger, phénomène qui s'est depuis atténué, au contraire un phénomène de retour au pays a été constaté. Caryl Ferey nous balade dans les townships, (attention, ce n'est pas une promenade de santé !) mais nous montre aussi les demeures ultra-sécurisées des blancs. L'Afrique du Sud est un pays dans lequel les inégalités sont les plus importantes, elles sont particulièrement vives dans le système de santé, qui ne fonctionne pas de la même manière selon les zones blanches ou noires. Et dans le domaine de la santé, la manière dont la pandémie de Sida a été appréhendée est symptomatique de ce pays : d'une politique de déni au début des années 2000, on est passé à une politique du n'importe quoi (la Ministre de la Santé déclarant les médicaux rétroviraux toxiques et préconisant comme soins un régime alimentaire, un Président d'Etat vantant les mérites de potions magiques), puis, depuis 2007, à une politique de soins et de prévention (notamment dans le domaine de la transmission de la mère à l'enfant) digne de ce nom qui a porté des fruits. La pauvreté, le chômage, la maladie, les conditions sociales, notamment la disparition prématurée des parents, oncles, tantes en raison du Sida qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts (l'espérance de vie est passé de 62 ans en 1990 à 51 ans en 2005 pour remonter à 60 ans actuellement) engendrent la violence. Oui, l'Afrique du Sud est un pays violent, à un point tel que nous ne pouvons l'imaginer : un Africain du Sud sur 4 aurait commis un viol…. Certes, la situation aurait là aussi évolué depuis l'écriture de Zulu, mêmes si les organisations non gouvernementales parlent de manipulation des chiffres (ça existe en France, donc ça peut exister en Afrique du Sud), et cette violence est en partie importée depuis d'autres pays d'Afrique. Ce roman mêle réalité et fiction. C'est une suite imaginaire au Project Coast au coeur d'une Afrique du Sud pauvre et violente qui va constituer la trame de Zulu. Les flics de Caryl Ferey sont des désespérés magnifiques : la vie d'Ali Neuman , en dehors de son job de flic et de sa mère, est un désert aride dans lequel il n'existe aucun ailleurs, aucun possible différent, c'est trop tard. Il fait semblant, c'est tout. Les sentiments qu'il peut éprouver pour les femmes sont dénaturés par ce qui s'est passé lorsqu'il a vu son frère et son père mourir, une partie lui est vraiment morte ce jour-là Les deux autres flics, blancs, s'ils n'ont pas souffert durant leur jeunesse, sont torturés, l'un par des démons extérieurs, le cancer du sein de sa femme, et une grande peur de la violence, l'autre par des démons intérieurs qui font que son fils le méprise et son ex le déteste. Ce n'est pas tant la violence physique (pas si présente que ça même si certaines scènes sont assez raides) dans ce roman qui rend ce roman noir comme la mort, mais l'atmosphère sordide, désespérante, des gosses de 8 ans qui attaquent des vieilles ou proposent à Ali une pipe pour vingt rands, des types complètement défoncés qui tirent sur tout ce qui bouge ; tout ça dans un pays d'une beauté incroyable ce qui crée un contraste saisissant. C'est l'environnement, réel, de cette Afrique du Sud, si inégalitaire, où une minorité (9%) de blancs tient encore toutes les commandes économiques, qui rend ce roman noir. Et puis, il y a le style de Caryl Ferey, qui convoque tous les codes du thriller pour les tordre, les faire siens, cette volonté d'éviter à tout prix les lieux communs, les phrases toutes faites, les ficelles des intrigues multiples qui se rejoignent au bout du compte, les héros qui s'en sortent toujours même dans les situations désespérées, le tout dans un style direct, percutant, mais aussi très didactique et sensible à la beauté des choses et à l'humanité des gens. Après le "plus blanc que blanc" de Coluche, Férey invente le "plus noir que noir". Polar d'une violence inouïe, ambiance totalement désenchantée, contexte mortifère, histoire glauque, atmosphère sordide. Un vrai coup de coeur, qui restera longtemps gravé dans ma mémoire.

    par ACZ Le 16 juillet 2018 à 18:41